ME CONNAITRE

Âgé de 59 ans, je vis maritalement et je suis père de deux enfants.

Je vis au Kremlin-Bicêtre depuis toujours et j’ai été élu maire de ma commune en 1995 en battant une maire de droite. Réélu trois fois, j’ai été maire jusqu’en janvier 2016 lorsque j‘ai passé le témoin à Jean-Marc Nicolle. Je suis maintenant conseiller municipal délégué, investi au sein de la Métropole du Grand Paris dans le territoire Grand Orly-Seine-Bièvre dont les 4 communes de la circonscription sont membres.

De 1998 à 2012, j’ai été conseiller régional dans la majorité de gauche rassemblée autour de Jean-Paul Huchon. Vice-président, j’ai créé la politique régionale du logement, l’ai dotée d’un outil foncier pour agir sur les prix du foncier et permettre de construire des logements diversifiés et accessibles. J’ai négocié la première convention entre la région et l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) qui a permis la transformation de nombreux quartiers en Ile-de-France. Délégué spécial pour le Grand Paris, j’ai défendu une vision inclusive de la métropole à l’échelle de l’Ile-de-France pour favoriser la solidarité entre la zone dense et les espaces périurbains.

UN ENGAGEMENT ET DES CONVICTIONS

Je suis président du Mouvement Républicain et Citoyen le parti fondé par Jean-Pierre Chevènement. Cet engagement constant a été marqué par de multiples combats pour faire vivre la République, traduire en actes la devise républicaine, défendre la souveraineté populaire contre le fédéralisme européen et exiger que la France fasse entendre une voix indépendante dans les affaires du monde.

VOTRE DEPUTE DEPUIS 2012

Je suis devenu député pour la première fois en 2012. Élu à la suite de l’élection de François Hollande, j’ai siégé au groupe socialiste, républicain et citoyen et ai travaillé au sein de la commission des affaires économiques. Au sein de cette commission, j’ai très actif sur  les lois sur le logement, l’énergie et l’industrie. Dès l’automne 2012, je me suis opposé à la ratification du traité européen d’austérité (TSCG) rédigé par N.Sarkozy et A.Merkel et que François Hollande n’a pas voulu renégocier contrairement à son engagement.

J’ai été libre de mon expression et de mes votes : j’ai voté les lois quand j’étais convaincu, ai proposé plus de 600 amendements. Je me suis opposé à la loi Macron (adoptée sans vote avec le 49.3) comme à la loi Travail (adoptée sans vote avec le 49.3) et à la déchéance de nationalité (échec du projet de loi constitutionnelle).

SANDRINE BERNARD, suppléante

Sandrine Bernard a 37 ans et est conseillère municipale d’Ivry-sur-Seine, présidente du groupe socialiste. Élue pour la première fois en 2008, elle a été maire-adjointe chargée de l’éducation et délégué du quartier du Petit-Ivry. Dans la majorité puis dans l’opposition, elle a toujours eu le souci du dialogue, convaincue que les politiques publiques ne peuvent qu’être co-construites avec ceux à qui elles s’adressent. Juriste de formation, en droit social, elle se consacre depuis 4 ans aux politiques éducatives, au service d’une collectivité territoriale de Seine-et-Marne. Plus de 20 années de militantisme politique, syndical, associatif et tout simplement citoyen témoignent de son engagement constant dans la vie de la cité avec une conviction centrale : l’égalité est la clef d’une société juste et libre.